On espère que vous êtes bien assise car la nouvelle qui suit risque de vous faire perdre l’équilibre…

En effet, pour le dictateur nord-coréen, posséder un chien est le symbole d'une « tendance corrompue de l'idéologie bourgeoise » et une forme de « décadence » occidentale.

Par conséquent, depuis le mois de juillet les habitants de la Corée du Nord ont l’interdiction formelle de posséder un chien et tout autre animal de compagnie.

Les Nord-Coréens doivent donc abandonner leurs animaux domestiques pour qu’ils soient ensuite dirigés vers des zoos d’État ou dans le pire des cas, vers des restaurants dans lesquels ils seront ensuite cuisinés, rapportent lundi le Daily Mail et le New York Post, citant l'un des principaux quotidiens sud-coréens, le Chosun Ilbo.

« Les gens ordinaires élèvent des porcs et du bétail sur leurs porches, mais les hauts fonctionnaires et les riches ont des chiens de compagnie, ce qui a attisé un certain ressentiment parmi les classes inférieures », relate le quotidien sud-coréen. Les ménages avec des chiens sont ainsi identifiés et obligés d'abandonner leurs chiens « ou alors les animaux sont confisqués de force et abattus ».

Mais lutter contre « l’idéologie bourgeoise » « ne serait qu’un prétexte pour pouvoir récupérer les chiens afin de résoudre les pénuries de nourriture dans le pays ». Un récent rapport de l'ONU précise que jusqu'à 60% de la population nord-coréenne (25,5 millions d'habitants au total) fait face à des « pénuries alimentaires généralisées » aggravées par les sanctions internationales imposées notamment par les États-Unis.

Le meilleur ami de l'homme est toujours un incontournable du menu dans le Nord, avec un certain nombre de restaurants spécialisés à Pyongyang. Alors, face à ce manque de nourriture, il n’est pas impossible que la viande de chien soit davantage mise en avant…

Les Éclaireuses