La "codépendance" affective, c’est avoir nécessairement besoin d’aider son bien-aimé. On se sent sans arrêt obligée de le "materner", de résoudre ses problèmes à sa place. Ce comportement est perdu d’avance puisque personne d’autre que lui ne peut décider de changer et vous risquez, en vivant en permanence pour lui, de subir déception sur déception et de vous oublier vous-même.

Il s’agit d’une notion complexe puisqu’elle diffère de la "dépendance" affective. Cette dernière impliquant que vous ayez vous-même besoin de la présence de l’autre pour être heureuse.

Dans les deux cas, on attache trop d’importance à son bien-aimé et, à la longue, un simple soutien risque d’influer directement sur votre propre qualité de vie. Votre couple pourrait lui aussi succomber au côté "destructeur" de votre comportement. Si jamais vous ressentez ne serait-ce que les prémices d’une "codépendance", nous sommes là pour vous aider à y échapper. Cet article peut aussi bien faire office de prévention, le but étant de vous faire retrouver un juste équilibre entre bien-être personnel et celui de votre couple.

Enjoy, 

Les Éclaireuses

 

1. La codépendance affective part d'une bonne intention 

-

Au départ, vouloir aider sa moitié n'a rien d'anormal, au contraire c'est signe d'affection, de bienveillance. Là où ça devient dangereux, c'est quand on commence à se couper du reste du monde, à ne plus voir personne au profit de celui qui partage notre vie et qu'on voudrait voir changer. En fait, vous vous retrouvez dans une spirale infernale, celle de vouloir sauver l'autre de ses points faibles ou de ses travers, mais vous constatez que ça ne marche pas. Non seulement vous n'avez pas les résultats attendus et, en plus, vous épuisez toutes vos ressources. Conclusion : vouloir aider c'est bien, aller jusqu'à la "codépendance", c'est mauvais. 

 

2. Tout est question de dosage 

-

Alors forcément, ne pensez pas non plus qu'il vous faut arrêter d'aider celui que vous aimez. Sachez simplement vous raisonner et distinguer un comportement obsessionnel d'un comportement juste et sain. Si votre homme éprouve un besoin inhabituel d'être aidé et que vous sentez que c'est le moment d'être à son écoute, faites-le. En revanche, si vous tentez d'améliorer ses failles sans arrêt, il risque d'en profiter et de réclamer encore davantage d'attention de votre part. 

 

3. La codépendance peut nuire à votre bonheur 

-

Vous vous sentez appelée d'une mission que vous vous êtes fixée toute seule et voilà que vous en faites un objectif de vie. Jour après jour, vous vous voyez couper les ponts avec votre entourage et, au bout d'un moment, vous aurez trop de scrupules à revenir en arrière. En focalisant votre attention sur une seule personne, vous faites tout pour vous éloigner des autres et peut-être de ceux qui ont vraiment besoin de votre aide et vous en donneront certainement en retour. Gardez votre personnalité, ne laissez jamais personne empiéter dessus. Pas même l'être aimé. 

 
Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail
4. On ne peut pas changer quelqu'un 

-

Vous perdez contact avec des personnes précieuses et forcément la situation vous rend de plus en plus triste, car non seulement ça vous demande beaucoup de votre temps et de votre énergie, mais surtout, vous ne percevez aucun changement. Normal, vous avez beau être la plus pédagogue de toutes, chaque personne normalement constituée ne peut changer et s'améliorer qu'à partir du moment où elle l'a décidé. 

 

5. Retrouver le juste équilibre

-

Qu'on se sente (ou pas) embrigadée dans ce phénomène de "dépendance affective", la clé pour le bien-être d'un couple est de trouver le juste milieu dans notre comportement. Autant avec l'autre qu'avec soi, il faut apprendre à lâcher prise. Ne pas être trop envahissante tout en restant à son écoute et à l'écoute de nous-mêmes. De toute façon, on a le droit de se tromper et c'est l'expérience qui nous aidera.