Le réchauffement climatique est un désastre à l’échelle planétaire, mais les premiers à en pâtir ce sont les animaux. Pire encore, ceux de l’Arctique. Selon les climatologues, le réchauffement climatique est deux fois plus rapide dans cette région du globe que dans le reste du monde. La preuve en est que pas moins de 200 rennes ont été retrouvés morts de faim dans le nord de l’Europe et plus précisément sur l’Archipel norvégien du Svalbard. N’ayant pas réussi à se nourrir correctement au cours de l’hiver dernier, le troupeau entier a été touché par cette catastrophe mondiale. Un nombre inhabituellement élevé, aux dires de l’Institut polaire norvégien dont la cheffe Åshild Ønvik précise :

"Le changement climatique fait qu'il pleut beaucoup plus. La pluie tombe sur la neige et forme une couche de glace sur la toundra, ce qui fait que les conditions de pâture pour les animaux sont très mauvaises."

Les rennes se retrouvent dans l’incapacité de se procurer du lichen, leurs vivres habituels, qu’ils extraient du sol enneigé à l’aide de leurs sabots. Les alternances de gel et de redoux forment une ou plusieurs couches de glace impénétrable, les privant alors de nourriture. 

Les Éclaireuses