À l’heure où les femmes ont décidé de s’exprimer sans plus aucune censure, où la mode n’a jamais été aussi significative, le pouvoir que détient un vêtement masculin mérite toute notre attention.

Aujourd’hui plus que jamais, la femme porte les vêtements d’homme avec brio, et les rend bien plus importants qu’ils ne le sont initialement. La femme reprend le pouvoir, et le vêtement masculin est une arme essentielle à son combat.

Souvenez-vous de ce lundi 15 octobre 2018, Lady Gaga était apparue rayonnante en costume XXL Marc Jacobs, lors de la cérémonie Elle ‘Women’ à l’occasion de sa nomination pour ‘A Star Is Born’. La chanteuse et jeune actrice avait ému tout Hollywood, avant que son discours ne prenne une tournure mondiale, en s’exprimant au sujet du choix de sa tenue, de ce qu’elle représentait pour elle et pour les femmes.

-

Les larmes aux yeux, Lady Gaga était revenue sur les agressions sexuelles dont elle a été victime à 19 ans et avait souligné l’importance du port de ce costume : « Après avoir essayé une dizaine de robes, avec le triste sentiment que tout ce qui allait compter serait ce que j'allais porter ce soir, j'ai vu un costume oversized Marc Jacobs qui attendait dans un coin [...] C'était un costume d'homme mais fait pour une femme. Pas une robe. Et là, j'ai commencé à pleurer. Dans ce costume, aujourd'hui, je me sens moi-même. En tant que survivante d'agressions sexuelles [...], en tant que femme qui a été conditionnée à son plus jeune âge à écouter ce que les hommes m'ont dit de faire, j'ai décidé aujourd'hui que je voulais reprendre le pouvoir. Aujourd'hui, je porte le pantalon. Aujourd'hui, je porte le costume. »

-

Ce costume, malgré les apparences, n’était pas simplement une tenue de cérémonie plus osée qu’une autre, mais un symbole, dont la résonance a été encore plus forte en 2018, au vu des mois mouvementés qui ont précédé l’événement – l’affaire Weinstein et la vague du hashtag #Metoo en tête de liste - .

De la scène des ‘Elle Women’ à l’édito de ‘Madame Figaro’, en ce même mois d’octobre 2018, le pouvoir qu’un vêtement d’homme peut donner à une femme, ou inversement, a été de nouveau prouvé, au travers cette fois-ci d’une anecdote lycéenne.

Caroline de Maigret, figure de la mode française, s’est livrée le temps d’un numéro au sujet de l’un de ses grands complexes, et a expliqué comment elle a su y remédier, grâce à un vêtement d’homme. Intitulé ‘Le fondement du style’, l’édito de ce mois d’octobre traitait en réalité bien plus que ce sujet-là.

« Je n’aime pas mes fesses depuis l’été de mes 17 ans, quand un garçon m’a accostée en boîte de nuit pour m’annoncer que j’avais un arrière-train très bas », introduit-elle.

« Quelques semaines plus tard, un matin de septembre, s’est posée la question fatidique du look de rentrée en classe de terminale. Comment allais-je cacher ce lourd problème d’apesanteur ? N’ayant pas de pantalon large, j’ai décidé de fouiller l’armoire de mon grand-frère. J’y ai trouvé un pantalon à pinces marron, que je remontai tout en haut de la taille, le ceinturant le plus serré possible. En haut, j’ai opté pour une chemise blanche d’homme, dont j’ouvris un bouton de trop […] Lorsque je suis arrivée à l’école, nombre de mes amis me félicitèrent de ma nouvelle allure. […] Ce n’était pas un simple pantalon large qui avait caché ce que je n’aimais pas, mais un pantalon d’homme qui m’avait donné une nonchalance et une certaine originalité. »

-

Caroline de Maigret a ainsi vaincu son complexe, et a trouvé dans le vestiaire masculin de véritables alliés face aux aléas quotidiens, paraissant pour certains insurmontables.

Se sont dégagés de ces vêtements d’homme le pouvoir de s’assumer, de lever la tête et le pouvoir de se construire, de trouver son identité, bien au-delà des clichés féminins collés à notre peau depuis bien trop de temps, de générations.

Le vêtement masculin donne des ailes à la femme, comme si elle se sentait libre en le portant, appartenant le temps d’un instant au parti du ‘sexe fort’ désigné à tort depuis des années entières, voire des siècles. Elle pense être ainsi libre de parler, de s’exprimer, sans que ses propos ne soient décrédibilisés ni même tournés au ridicule comme ils ont l’habitude de l’être quand elle porte des talons et une robe moulante.

-

À la question « Pensez-vous que le vêtement masculin permette à la femme de s’assumer davantage ? » Frédéric Godart, auteur de « Sociologie de la mode » (2010), répond avec une grande certitude : « La question de l'adoption par les femmes du vestiaire masculin est assez ancienne, mais elle s'invite dans la sphère publique au XIXème siècle avec des artistes comme George Sand. Ces revendications d'avoir le droit de porter des vêtements masculins sont officiellement d'ordre pratique mais, de façon moins explicite, il s'agit aussi d'une lutte de pouvoir. […] Adopter des vêtements masculins est une façon pour les femmes de s'affirmer davantage dans les sphères du pouvoir longtemps dominées par les hommes. »

Vient ensuite l’évocation de ces derniers mois, de ce que les mouvements de libération de la parole des femmes ont provoqué sur leurs choix vestimentaires. Les femmes se sont libérées, et ont choisi d’adapter leurs vêtements à leurs convictions : « Les mouvements sociaux et affaires récentes (dont #metoo) ont eu un impact sur les choix vestimentaires et cosmétiques des femmes, notamment un rejet croissant de certains éléments les plus représentatifs de la féminité traditionnelle, comme les talons ou certains maquillages. »

- 

Les femmes ont ainsi saisi l’opportunité de se faire entendre, parfois bien plus à l’aise dans un pantalon ou un costume d’homme que dans une robe près du corps, perchées sur des talons de 12 centimètres. Elles ont décidé de faire face à ce à quoi elles sont finalement préparées depuis bien longtemps.

Le vêtement d’homme a un peu plus aidé la femme à trouver le courage de franchir ce cap qui est de parler au monde entier, de s’exprimer librement, par le style ou la parole. Désormais écoutée, ou regardée correctement, non plus comme un objet mais comme une personne à part entière, avec de réelles opinions, elle fait son chemin et reprend peu à peu le pouvoir, grâce à l’arme du style et du vestiaire masculin.

Enjoy,

Les Éclaireuses