Dans une étude publiée en 2017, des chercheurs mexicains et américains ont démontré que les espèces animales vertébrées disparaissaient de manière inquiétante de la surface de la Terre.

En effet, environ 30% de ces espèces sont en voie de disparition. C'est ce que l'on appelle un anéantissement biologique, que subissent les espèces les plus connues du continent africain comme les girafes, les gorilles et les lions. Mais ce ne sont pas les seules menacées, car la liste rouge, établie par l'Union Internationale de la conservation de la Nature, en recense des centaines d'autres.

L'Afrique est le deuxième continent sur lequel la faune est la plus menacée après l'Europe, et ce, pour quatre raisons. La première est l'atteinte aux forêts. La déforestation, mais aussi la prospection pétrolière, engendre la disparition de milliers d'habitats dans lesquels certaines espèces trouvaient refuge. Cela va de pair avec l'extension et l'accroissement des villes sur le territoire.

Il est aussi important de parler du braconnage, plus connu sous le nom de chasse illégale, à laquelle s'adonnent des hommes pratiquant la vente de peau ou de cornes de rhinocéros. C'est une activité criminelle qui s'effectue en bandes organisées et qui impacte sur la disparition de dizaines d'espèces chaque année.

D'ailleurs, les conflits civils armés, qu'on localise surtout au sud du Soudan et en République Démocratique du Congo, entrent dans les causes de la disparition de certaines espèces africaines. Pour répondre à ces menaces, certaines solutions ont été pensées, comme des programmes de préservation pour les espèces les plus fragiles. Seul hic, le coût engendré pour la mise en place de ces solutions est beaucoup trop important.

Malgré le fait que de grands parcs aient été créés sur le continent, pour protéger la vie de ces espèces, les activités de l'homme demeurent toujours aussi menaçantes pour ces animaux que nous aimons tant.

Les Éclaireuses

-

-