Le carcan social peut parfois être très lourd pour ces femmes et ces couples qui ne sont pas désireux d’avoir d’enfant.

Les personnes qui sont sans enfant et qui déclarent ne pas en vouloir restent plutôt rares en France. Selon une étude menée par l’Ined, ils représentent 5% et sont souvent contraints de se justifier auprès de la majorité, pour qui cela se définit comme un passage obligé dans une vie accomplie.

Plus souvent pénible pour les femmes, puisque l’un des buts principaux qu’on lui « impose » est celui de devenir mère. Et c’est une éducation qui commence tôt… On parle bien entendu de la très célèbre poupée que l’on a, pour la plupart, toutes eue étant petites, puis des années baby-sitting qui ont servi à arrondir nos fins de mois, mais également lorsqu’il est question de contraception et que vient le moment de la prévention : « Attention de ne pas compromettre ta fertilité pour la suite. »…

Mais il ne faut pas oublier ni juger ces personnes qui ne se reconnaissent pas dans ce plan de vie préconçu. Et que cela soit pour des raisons diverses et variées telles que le besoin d’indépendance, l’éthique ou tout simplement par absence de désir de maternité. Libre à chacun de faire ses propres choix !

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Un besoin d’indépendance

-

Pour certains et certaines, les années d’études ont été longues et coûteuses, hors de question donc de semer le trouble avec un enfant qui va vous voler 6 ans de sommeil et interrompre votre plan de carrière. Surtout lorsque celui-ci représente une véritable source d’épanouissement.

Selon une étude réalisée par le cabinet Hays en 2016, les Françaises sont les femmes les plus ambitieuses du monde et aspirent à de plus grandes carrières professionnelles que leurs voisines européennes ou encore américaines ! Rien que ça !

 

2. Un choix éthique

-

Pour d’autres, il peut s’agir d’une réelle question d’éthique et pour cause ! Depuis septembre dernier, les niveaux de carbone dans l’atmosphère ont atteint un point de non-retour. Ce qui amène des femmes et des hommes à repenser l’idée d’avoir un enfant. Pour lui offrir quoi ? Quel genre de planète ? Pour aggraver la situation avec un humain de plus ? Les questionnements sont nombreux.

 

3. Une absence de désir ou d’instinct maternel et paternel

-

Malgré le fait que ce soit un sujet sensible si ce n’est encore tabou, le fait de vouloir un enfant n’est pas inné pour tout le monde et ne serait en fait qu’un mythe galvaudé. Si c’est le cas chez l’animal, chez l’humain, l’histoire est bien différente. On nous disait que c’était comme le café ou le vin, que ça viendrait avec l’âge. Mais pour certaines ou certains, ce n’est jamais arrivé. Surtout, ne culpabilisez pas, ce n’est pas une tare !

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

4. Un traumatisme passé

-

L’enfance peut facilement laisser des traces et nous influencer dans nos comportements une fois adultes et si certains sont prêts à donner en triple ce qu’ils n’ont jamais eu, ils ne font pas pour autant l’unanimité puisque tout le monde ne se retrouve pas dans ce schéma. Bien au contraire, d'autres se sentent dans l’incapacité de donner de l’amour ou de l'intérêt à un enfant.

 

5. Une autre option… l’adoption

-

Vouloir adopter lorsqu’on est fertile peut parfois soulever des interrogations. Pourtant, le processus est assez simple. Pourquoi avoir faire un enfant alors que des milliers d’orphelins attendent seulement d’être aimés et chéris par une famille prête à les accueillir pour la vie ? 

 

6. Une décision et des choix parfois mal compris

-

L’entourage met souvent du temps à comprendre et peut sembler surpris face à votre désir de ne pas avoir d’enfant et si, dans un premier temps, les questions des curieux ne sont pas plus dérangeantes que ça, les regards, les mépris et les jugements peuvent peser plus de poids.

Surtout, n’oubliez pas de penser à vous, c’est votre corps, votre vie et par conséquent votre choix ! #childfree

 

-