Terme ultra à la mode en ce moment et du coup peut-être un peu galvaudé, le burn-out n'en est pas moins réel et à ne surtout pas négliger. Il ne s'agit pas simplement le temps d'un week-end ("Qu'as-tu fait dimanche ?" "Rien du tout j'étais en total burn-out"), mais d'un véritable mal-être, une vraie angoisse, dû le plus souvent à un trop plein d'activités, de responsabilités et d'exigences.

Le burn-out peut atteindre tout le monde, peu importe l'âge, le sexe, l'activité professionnelle ou encore le milieu social, ce qui mène souvent à un certain degré de culpabilité. Après tout, vous gagnez bien votre vie, vous faites le métier que vous aimez, alors franchement, vous n'avez pas honte de craquer ?!

Non, il ne faut pas avoir honte, car nous sommes humains et nous avons tous nos limites. 

Enjoy,

Les Éclaireuses

 

1. Les symptômes 

-

Sans doute pour la plupart des gens, le burn out n'arrive pas soudainement dans votre vie. Cela peut prendre des mois, voire des années, que vous frôlez la crise. Pourtant, même si vous vous faisiez la promesse d'améliorer votre hygiène de vie, vous retombiez dans l'engrenage.

Le burn-out est le moment où vous réalisez que vous avez atteint un niveau qui n'est plus acceptable, et que tout votre corps tire la sonnette d’alarme. Il existe différents signes possibles de burn out (n’hésitez pas à en parler avec votre médecin), mais voici ceux qui sont les plus répandus : un véritable acharnement au travail malgré la fatigue, un épuisement mental complet, un sentiment d'angoisse, une déprime récurrente, et un isolement dû à un manque de recul émotionnel.

 

2. Les causes

-

Après avoir compris et accepté que vous êtes en plein burn out, il faut bien sûr réfléchir à votre situation, et essayer d’en analyser les raisons : pourquoi en êtes-vous arrivée là ? Qu’est-ce qui, dans votre hygiène de vie ou dans votre personnalité, vous a épuisée à ce point ?

Les réponses ne sont souvent pas très difficiles à trouver, toutefois, le fait de les formuler clairement et d’en parler ensuite avec vos proches vous permet de les creuser et de les intérioriser davantage. Il s'agit souvent de trois facteurs : la pression que vous vous imposez vous-même, l'impossibilité de vous déconnecter de vos sentiments négatifs, mais aussi de votre travail (qui peut être lié à l'avancée technologique), et donc une surcharge de travail. 

À moi le ventre plat | Les Éclaireuses : Mode, tendances et inspirations
 

3. Les solutions à mettre en place

-

Il s'agit d'effectuer des changements dans votre rythme de travail et de vie afin de sortir de cette spirale négative, et donner à votre organisme le temps de se rétablir. Si vous avez un patron, ouvrez la discussion avec lui.

Rien qu’avec ces petites solutions immédiates, vous allez vous sentir plus légère, plus détachée, et plus positive — même si bien sûr, votre état reste fragile, et demandera encore des précautions pendant un certain temps. Au-delà de ces améliorations, il semble aussi indispensable de réfléchir à plus long terme pour essayer de ne pas retomber dans le même schéma d’ici quelques mois.

  

4. Dans l'immédiat

-

Dans l'immédiat il est important de travailler moins, quitte à réduire (temporairement) vos ambitions. Aérez vous l'esprit, en prévoyant des week-ends et des vacances, même si ce n'est pas très loin. L'important est de quitter de temps en temps votre quotidien (votre lieu de travail, votre appartement, votre quartier, votre ville...) car vous ne faites jamais de break.

Et puis, faites-vous un petit programme santé et bien-être pour prendre soin de vous. Une petite cure de magnésium et de B6, marcher un peu plus longtemps et plus souvent (promenades du chien, balades entre copines…), des petites séances de méditation, passer du temps à faire une activité qui vous détend, qui vous plait, juste pour le plaisir de le faire. 

 

5. A moyen terme

-

Des tâches de réorganisation importantes devront être mises en place dans les mois à venir : vous devez vous fixer comme but de mieux cloisonner votre vie personnelle et votre vie professionnelle, pour pouvoir mieux profiter de la vie. Bien sûr, ce sont des plans à moyen voire long terme et il faut les laisser mûrir au coin de votre tête. Vous n'avez pas encore la force de mettre en place tout le plan d’action, donc reposez-vous, prenez le temps, et mettez-vous à la tâche quand vous vous sentirez mieux.