Ces dernières années, vous avez sans doute de plus en plus entendu parler de cette maladie, qu'est l'endométriose. Autrefois ignorée, voire inconnue du grand public, de plus en plus de femmes parlent de cette maladie qui touche une femme réglée sur 10 ! Il est donc important de savoir si vous êtes touchée ou non.

Mais d'abord, qu'est-ce que c'est ? Le site de l'Association Française de Lutte contre l'endométriose explique que "L’endomètre est le tissu qui tapisse l’utérus. Sous l’effet des hormones (oestrogènes), au cours du cycle, l’endomètre s’épaissit en vue d’une potentielle grossesse et, s’il n’y a pas fécondation, il se désagrège et saigne. Ce sont les règles. Chez la femme qui a de l’endométriose, des cellules vont remonter et migrer via les trompes. Le tissu semblable au tissu endométrial qui se développe hors de l’utérus provoque alors des lésions, des adhérences et des kystes ovariens (endométriomes) dans les organes colonisés. Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire. » Une maladie qui peut donc s'avérer dangereuse à long terme car, de par le fait qu'elle a des formes multiples, elle est complexe. 

Il y a cependant des symptômes dits "classiques" et il est important que vous les connaissiez pour détecter vous-même les premiers signes. Si c'est le cas, nous vous suggérons d'aller consulter un médecin. 

Enjoy,

Les Éclaireuses 

 

1. La douleur

-

C'est le symptôme le plus connu et le plus explicite de l'endométriose : la douleur. Au point de ne pas pouvoir vous lever, mais que de rester dans la même position est tout aussi douloureux... Et en plus de la douleur causée par l’inflammation lors du cycle, la perte de mobilité des organes est aussi source de douleur. Car la particularité de l’endométriose est de créer des adhérences qui vont entraîner une rétractation des tissus et donc une pression sur les organes. De plus, le petit bassin est une zone très innervée et donc très sensible.

 

2. L'infertilité

-

Il arrive souvent que l'endométriose soit diagnostiquée par un médecin lors d'un bilan d'infertilité. Il est alors conseillé de faire un enfant au plus tôt dans les mesures du possible, en passant le plus souvent par des procédures médicales comme la FIV par exemple. Parfois, l'endométriose est telle qu'il arrive aussi que certaines femmes deviennent mamans par l'adoption.

 

3. Troubles digestifs et urinaires

-

Quand l'endométriose cause une inflammation à proximité du rectum ou au niveau de la vessie, une multitude de symptômes peuvent apparaître comme des diarrhées, des constipations, des douleurs, des saignements au niveau du rectum ou encore des difficultés à uriner avec de fortes douleurs, et même parfois du sang dans les urines. Ces symptômes sont très préoccupants car, à long terme, ces inflammations peuvent causer des lésions ou des atrophies de certains organes comme les reins par exemple. La solution est le plus souvent chirurgicale, il s'agit donc d'une forme d'endométriose qui a un sérieux impact sur la vie d'une femme. 

 

4. Douleurs lors des rapports sexuels

-

Il arrive que l'endométriose cause des lésions sur le col de l'utérus ou même sur les parois du vagin, ce qui va forcément créer de fortes douleurs en cas de pénétration, sexuelle ou non. Il sera donc impossible pour une femme souffrant de lésions vaginales de mettre des tampons, une cup menstruelle ou d'apprécier des rapports sexuels surtout avec pénétration. La femme souffre donc de dyspareunie. 

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail
 

5. Fatigue chronique

-

La cause est simple : pour gérer une douleur forte, régulière ou constante, invalidante, la femme va puiser dans ses « réserves ». Elle n'a pas non plus un réveil paisible car elle est souvent réveillée par des douleurs ou des envies fréquentes d’uriner. Dû au fait qu'il s'agit de douleurs chroniques, l'organisme n'a pas le temps de récupérer, fatigué par la valse des hormones (traitements, ménopause artificielle), les effets secondaires de certains médicaments, la convalescence des chirurgies.

 

-