D'après les études qui ont été menées sur le corps humain, le sport serait bénéfique à notre bien-être intérieur et l'exercice aurait un impact important dans nos rapports aux autres !

Mais si l'effort sportif est un point fort qui va enclencher notre bien-être mental, un trop-plein d'exercice peut aussi avoir l'effet inverse !
Il a été prouvé que les personnes pratiquant une activité physique régulière seraient moins sujettes à des problèmes de santé. On dit aussi que les sports collectifs seraient à privilégier, car ils stimuleraient davantage notre cerveau.

Des chercheurs de l'Université de Yale, à New Haven, dans le Connecticut, ont mené une étude pour découvrir de quelle manière l'exercice sportif pouvait avoir un effet négatif sur la santé mentale. Ces recherches consistaient aussi à découvrir les types d'exercices qui stimulaient davantage notre corde sensible (malgré que l'ensemble des activités sportives soient bénéfiques).

En règle générale, il est conseillé de s'activer en moyenne 45 minutes par jour, 3 à 5 fois par semaine (et sachez que cela passe aussi par les tâches ménagères !). Dans l'étude qui a été réalisée, on a demandé aux personnes interrogées d'estimer, en moyenne, combien de jours par mois leur état mental était plus bas. Et vous allez voir que les facteurs associés à l'impact (positif ou non) du sport sont divers et variés !

Enjoy,

Éclaireuses

 

1. Notre environnement (professionnel, familial...)

-

Selon les résultats publiés par les chercheurs, les effets négatifs du sport sont reliés à votre profession, vos antécédents psychologiques, votre âge ou votre sexe. L'ensemble de ces facteurs qui font de vous une personne différente d'une autre impliquent que vous serez plus ou moins sujette à ces effets négatifs.

 
2. Notre fréquence de pratique sportive par mois

-

Il a été demandé, aux participants de l'étude, à quelle fréquence ils pratiquaient une activité sportive, et ce, en tenant compte de la situation matrimoniale, du revenu, du niveau de scolarité et de l'indice de masse corporelle. En moyenne, les participants ont déclaré avoir connu 3,4 jours dans le mois, durant lesquels leur santé mentale était plus basse. Les personnes qui, elles, pratiquaient une activité estimaient connaitre 1,5 jour de blues de moins.

 
3. Notre tendance à tomber dans un état dépressif

-

Si vous êtes sujette à la dépression, le sport aurait un impact beaucoup plus bénéfique sur votre santé mentale, qu'une personne qui ne l'est pas. Là où une personne non dépressive, ne pratiquant pas d'activité sportive, connaitrait 10,9 jours de "bad mood", une personne à tendance dépressive, faisant du sport, en connaitrait 3 de moins.

Retrouvez le meilleur de la mode dans votre boite mail

4. Le surplus d'activité sportive

-

Une personne qui serait surmenée par ses séances de sport hebdomadaires aurait tendance à avoir une baisse de régime. Le sport est bon pour la tête et bon pour le corps, mais il peut aussi nous fatiguer et fragiliser notre santé si on y ajoute un manque de sommeil.

 

 5. Le choix d'un sport individuel plutôt qu'un sport collectif

-

En effet, privilégier les sports collectifs (tels que la natation synchronisée, le cyclisme, le foot...) serait une charge mentale moins importante qu'un sport individuel, étant donné que l'effort qui est demandé durant cette activité est réparti entre les membres. De plus, comme il a été dit plus tôt, les sports collectifs stimulent davantage l'affect d'une personne, ce qui est bon pour sa santé mentale.