Hier, la secrétaire d’État chargée de l’égalité femmes/hommes, Marlène Schiappa, a annoncé la mise en place d’un Grenelle contre les violences conjugales et le féminicide, à compter du mois de septembre.

C’est dans une interview au Journal du dimanche que Marlène Schiappa s’est exprimée, au nom du gouvernement, sur cette mesure. Après le décès d’une femme, poignardée par son conjoint ce week-end, la 74ème victime des coups de son mari depuis le début de l’année, la situation n’est plus acceptable. « Une mobilisation nationale avec une grande consultation citoyenne et une campagne pour interpeller toute la société » a été proposée par la secrétaire d’État qui ne prend pas la situation à la légère.

Le président Emmanuel Macron a avoué son incapacité à avoir pu « protéger » les victimes. Dans une vidéo Facebook, il a indiqué : « La violence qui vous a coûté la vie nous écœure, nous révolte. ». La Première Dame, Brigitte Macron a affirmé, quant à elle, son soutien et signale qu’elle s’engagera personnellement dans cette lutte.

Un Grenelle qui rassemblera « ministres concernés, acteurs de terrain, services publics, associations et familles de victimes » aux dires du Premier ministre Édouard Philippe, qui en précise également les tenants et les aboutissants : « Celui-ci doit permettre de construire des mesures plus efficaces, au plus près du terrain. »

Un discours de Marlène Schiappa devant l’ensemble des préfets de France est prévu dès ce jeudi 11 juillet afin de les « mobiliser ».  

Rappelons que ce samedi 6 juillet, environ 2000 personnes ont manifesté place de la République à Paris afin d’obtenir des changements radicaux et immédiats contre le féminicide, l’un des combats phares du quinquennat d’Emmanuel Macron.

Enjoy,

Les Éclaireuses